LJ-ISO-WHITE%25402x_edited_edited.png
  • Le Joueur

Epiphane


Rencontre avec Epiphane, à 29 ans, ce passionné a un parcours assez atypique dans le football.


1. Content de pouvoir te rencontrer Epiphane, est ce que tu peux me dire ce que tu fais dans le foot ?


Je suis entraîneur à l'USM Senlis dans les Hauts-de-France depuis quatre ans et depuis quelques mois j'entraîne les seniors. On évolue en Régionale 1 et je suis un des plus jeunes entraîneurs à ce niveau là dans ma région.


2. Avant de devenir coach, tu as été joueur ?


Oui, comme beaucoup de personnes j'ai rêvé d'être footballeur professionnel, après j'ai vite compris que je n'avais ni la tête ni les pieds pour pouvoir prétendre au haut niveau ( rires ) Mon rêve c'était de jouer au Milan AC ou au PSG et de me reconvertir en entraîneur, on va dire que j'ai sauté la partie joueur.


3. Pour quelles raisons as-tu eu envie de faire du football ?


C'était en moi depuis toujours. Mon père a pratiqué le foot, ma grand-mère aime le foot également, c'est venu assez naturellement. Mon petit frère est coach également. Même si une partie de ma famille qui m'a élevé voulait que je fasse du judo, malheureusement, je ne ramenais pas de médailles d'or ( rires ) donc à force de pousser je suis passé au foot. Ce que j'aime dans le football c'est le collectif, le fait qu'on vienne de différents milieux. On a des personnalités différentes mais on est une équipe réunie autour du même projet. Sur le terrain, peu importe comme tu joues, tu exprimes quelque chose. Le foot ça a été aussi une manière de m'exprimer avec les autres.


4. Tu penses que chacun a sa manière de s'exprimer dans le football et que ça aide à s'affirmer dans la vie de tous les jours ?


Souvent, je constate qu'à travers sa manière de jouer, un footballeur exprime sa personnalité. Pour certains le terrain les révèlent, ils en apprennent sur eux-mêmes et peuvent transposer ce savoir en dehors du football.



5. Qu'est-ce qui t'a poussé à devenir entraîneur aussi jeune ?


J'ai toujours été un amoureux de tactique. Lorsque j'étais encore joueur mon entraîneur à Gonesse a insisté pendant plusieurs mois pour que je commence à coacher. Au début, je ne voulais pas car je trouvais qu'il y avait beaucoup de contraintes mais il avait décelé certaines capacités en moi. Il a continué à me solliciter et j'ai finalement essayé. Après ça, je suis devenu accro. Je n'avais pas décidé d'en faire mon métier mais j'aimais ça. Petit à petit, j'ai passé des formations et j'ai progressé. J'ai commencé à entraîner dans mon club de l'époque au RC Gonesse, c'est là que j'ai pris conscience que j'avais les qualités pour entraîner grâce notamment aux retours des personnes autour de moi. J'ai continué à passer des diplômes d'entraîneur et le club m'a proposé un contrat, c'est à ce moment-là que c'est devenu mon métier.


6. Aujourd'hui tu entraînes Senlis en R1, comment tu es arrivé là-bas ?


J'avais fait beaucoup d'années au RC Gonesse et j'étais très attaché à ce club. Mais j'avais besoin de changement et passer un cap. J'ai déposé au moins 100 CV dans plusieurs clubs. Même Senlis ne m'avait pas donné de réponses au départ. Je me retrouve finalement là-bas car une connaissance m'a recommandé. On m'a proposé de prendre l'équipe des U13, j'ai accepté. Au début c'était difficile, je ne connaissais personne, j'habitais à Gonesse, donc je faisais les allers retours jusqu'à Senlis plusieurs fois par semaine. J'ai dû faire pas mal d'efforts pour m'adapter mais ça a payé. À la fin de cette première saison, le Président me propose un contrat et je deviens entraîneur des U18 R1 à partir de la saison suivante. Ce qui m'a conduit jusqu'à l'équipe première des seniors en R1.



7. Qu'est-ce qui te plaît dans le métier d'entraîneur et qu'est-ce que ça t'apporte ?


C'est toujours difficile de trouver ce que l'on veut faire dans la vie. Aujourd'hui, j'ai la sensation d'être sur la bonne voie, je ne pourrais rien faire d'autre. Ce que j'aime dans ce métier c'est la responsabilité, l'échange, trouver des solutions, être un expert. L'expression de soi à travers le jeu et faire vivre des émotions. Ce sport peut te rendre dingue ( rires ).


8. Quel message aurais-tu pour un jeune qui souhaite devenir entraîneur ?


Ne surtout pas se comparer aux autres, chacun a son histoire. Si tu as envie de le faire, fais-le.


9. Quels sont tes objectifs pour l'avenir ?


Construire quelque chose de solide avec mon club. Aller le plus haut possible, je ne me fixe pas de limites. Y a dix ans, on m'aurait dit que je serai là où je suis aujourd'hui, je l'aurais pas cru. Ce que je veux c'est continuer à progresser, donner du plaisir et vivre le plus longtemps possible du football.


118 vues0 commentaire